Archives de catégorie : A la Une

NOUVEAU COMITE DIRECTEUR

LE NOUVEAU COMITE DIRECTEUR DE L’ANPI :

L’assemblée générale qui s’est tenue le 9 avril 2016 dans les salons de l’Aéroclub de France a été l’occasion d’élire les membres du Comité Directeur pour les 4 années à venir. 

Merci à tous ceux qui ont porté à la tête de l’ANPI cette nouvelle équipe pour un fonctionnement efficace et dynamique. 

Ce sont deux femmes et dix hommes qui sont maintenant au travail afin de vous soutenir dans vos fonctions d’instructeur, tant actuelles que futures. Les chantiers ne manquent pas…. 

Réné Lochet 

Président de l’ANPI

 

NOUS FI

Nous sommes une communauté de formateurs de pilotes. Nous assumons cette responsabilité et nous la revendiquons, .

Pour 2015, vers la mi avril  nous avions déjà reçu dans nos stages une centaine de collègues venus pour renouveler leur qualification FI et une vingtaine leur qualification FE.  A Mulhouse le centième stagiaire FI de l’année était parmi ceux là

IMG_0726

IMG_0727

 

 

L’ environnement bouge, très vite . Ces stages doivent notamment aider chacun à suivre l’évolution technologique. On prépare désormais un vol avec un logiciel sur un ordinateur, les informations météo n’arrivent plus sur un fax ou un minitel, meteo, Notam, Airsup.. tout est sur le net, même nos GPS peuvent capter l’information. Des avions nouveaux arrivent dans les hangars encore peuplés d’appareils vieillissants.

La formation et la pédagogie ne peuvent plus être celle d’antan! On ne tape plus avec une règle sur les doigts d’élèves. La vocation professionnelle de la formation doit pourtant subsister même si l’activité est de plus en plus tournée vers le loisir. Il faut reconsidérer notre pédagogie et pas seulement mettre un coup de peinture sur du vieux et rebaptiser le tout CBT. Notre communauté possède toutes les compétences pour mener cette évolution. Chacun peut et doit y participer.

Bien sûr nous devons, devrons faire appel à des compétences externes, nous avons, aurons besoin d’aide, mais dans notre pratique nous n’avons de compte à rendre qu’à notre autorité de tutelle, représentée par le pilote inspecteur et d’une autre manière à nos élèves devenus pilotes. Il n’existe pas de guide de l’instructeur au sens règlementaire du terme !

Je rappelle d’autre part qu’une quelconque subordination à une autorité dans un aéroclub (président, règlement intérieur par exemple) nous retire de par le droit la qualité de bénévole.

Il est évident que dans ce changement global, fond et forme de notre pédagogie sont à reconsidérer. L’aspect technologies nouvelles a déjà été évoqué. Mais aujourd’hui , nous savons, et cela n’est pas le propre de notre aviation légère que l’homme (ou la femme) est au cœur de la sécurité. Les comportements humains, non pathologiques, sont avantages et inconvénients. Ainsi par exemple notre capacité à focaliser (quand c’est favorable on dit se concentrer) peut être une aide ou un désavantage (on dit alors tunnélisation). Mais le questionnement principal aujourd’hui concerne la capacité de décision. Nous faisons des pilotes, nous y réussissons avez bien, mais faisons-nous des commandants de bords ? L’analyse de l’accidentologie, des recherches n’en montrent pas l’évidence. C’est aussi le sens du prolongement EBT..)

Si on veut entrer dans l’aire de la formation par les compétences la question de la formation théorique est posée et surtout de son lien avec le pilotage et l’exercice du commandant de bord. Une pédagogie basée sur les compétences repose sur un exercice conjoint, savoir, savoir faire , savoir être et aussi traitement de l’information. La connaissance théorique est un outil de la compréhension du pilotage mais surtout de la décision. Le lien doit être clairement fait et établi. Nous, FI sommes là pour l’établir. On peut toujours déléguer la formation théorique (règlementairement c’est possible) mais le lien entre savoir, savoir-faire, savoir-être s’inscrit pleinement dans la relation entre le FI et son élève.

L’information est aujourd’hui abondante, mais trop vue au travers du net. Elle est aussi coopérative dans l’échange avec les autres acteurs (autres pilotes, FI, mécano) Là aussi c’est à nous FI de montrer le lien savoir, savoir-faire, savoir être à l’élève.

Ce n’est pas en 2 jours de stage que nous pouvons prétendre faire toute la remise à jours nécessaire dans une telle complexité. Pierre Belair, responsable pédagogique qui parle technologies nouvelles et règlementation, Francis Artigue professeur émérite de sécurité et de pédagogie, Lise Mégret psychologue cognitiviste et chercheuse de facteurs humains, et Michel Troalen formateur CPL, IR,F, FI qui renouvelle et proroge les FE composent notre équipe de formateurs bénévoles. Avec sa diversité elle s’inscrit dans la complémentarité et les liens.

Nous souhaitons simplement qu’au terme du stage chacun s’inscrive dans le temps d’aujourd’hui. Imaginer le mieux pour nos élèves peut être vécu comme une nouvelle liberté. Ces stages RSFI de l’ANPI sont une vraie mise à jour, une aide à être « au temps ». A leur arrivée nos stagiaires viennent chercher un sésame pour renouveler une qualification, faire l’état des lieux règlementaires et cela en espérant s’ennuyer le moins possible en deux jours. Au terme du stage si leur connaissances règlementaires sont à niveau, leur satisfaction générale, leurs remerciements montrent que nous avons apporté bien au- delà et ouvert de nouveaux horizons. Chacun repart avec le sentiment d’avoir bien rempli les deux journées très denses.

L’avion nous a donné un rêve, une passion, ne sommes-nous pas FI pour cela ?

Francis ARTIGUE

VP ANPI

Quand l’ANPI rend visite aux FI de l’océan indien

 

 

 

IMG_0695

 

Avec ses stages RSFI et RSFE, l’ANPI est habituée à aller à la rencontre de ses membres, mais cette fois …. L’équipe de l’ANPI est allée à leur rencontre bien loin, dans l’océan indien.

Le rendez-vous était pris à St Pierre sur l’ile de la Réunion.  On aurait pu dire à la rencontre de TOUS les Fi de l’océan indien : il n’en manquait qu’un, ( pilote de ligne retenu par le métier). Il nous manquait aussi un réunionais mais nous avions un malgache !

A une exception près nous avons rencontré la totalité des FI de l’océan indien sous règlementation EASA.  et TOUS membres de l’ANPI. Trois journées de travail ont donc été consacrées à des prorogations ou des renouvellements de FI et de FE.

L’ANPI a une importante activité au travers des stages RSFI : pour le seul mois d’avril on a déjà vu 2 stages à Lyon, ce stage de la réunion et avant le fin du mois encore deux  stages prévus (un à Mulhouse et un autre à Clermont Ferrand). En trois mois nous aurons rencontré en stage RSFI près de 100 FI , 97 en vérité !

L’ ANPI s’est également organisée depuis plus de six mois pour le renouvellement ou la prorogation de FE, cela est effectif et fonctionne tres bien….  comme cette fois à l’ile de la Réunion où elle dispensait un second stage RSFI et son premier RSFE outre-mer.

Il existe une grande difficulté pour nos collègues des iles à faire renouveler ou proroger leur qualification et ils peuvent parfois se sentir un peu abandonnés et obligés de profiter d’un voyage en métropole voire de faire ce couteux voyage pour y parvenir. Il est de manière évidente plus judicieux d’envoyer là-bas notre équipe qui opère en France. : Pierre Belair,Francis Artigue, Lise Megret pour les stages RSFI, Michel Troalen pour les stages RSFE .

Les vendredi 10, samedi 11 ont été consacrés à la remise à jour théorique des FI. Le programme était inchangé en regard de celui de la métropole. La mise à jour règlementaire avec l’arrivée du SERA est toujours très attendue mais c’est le traitement inhabituel et innovant de la question des facteurs humains qui a passionné nos interlocuteurs ainsi que les réflexions sur la pédagogie et en particulier ce qui touche à la pédagogie et à la formation théorique.

Le stage comme chaque fois permet d’ouvrir un débat sur les technologies nouvelles et surtout leur mise en œuvre en aviation générale.

Et puis il y a toujours la séquence des REX ou chacun vient raconter son aventure . C’est un moment du stage particulièrement riche en échanges. Chacun se prête au jeu et chacun a envie d’en rajouter un peu.

Ceux qui devaient renouveler partaient en vol.  Il n’y a pas eu  moins de 7 heures de vol effectuées dans ce cadre. Le dimanche 12 a été consacré à la partie théorique des renouvellements et prorogations de FE. De fait il y a eu 6 prorogations ou renouvellements de FE.

Les vols se sont déroulés dans le contexte très original de l’ile de la réunion . Il faut avoir évolué dans ces paysages superbes en survol du volcan de la fournaise, du piton des neiges et les descentes vertigineuses dans les cirques de Cilaos, Salazis ou de Mafate pour comprendre l’ambiance de ces stages.  Il faut avoir une grande habileté et une parfaite connaissance de cette montagne pour les pilotes réunionnais. Là ce sont nos amis réunionnais qui ont piloté notre équipe  RSFI à la découverte de la montagne.

IMG_0688

 

On ne peut parler de ces stages sans évoquer l’accueil réunionnais. Extraordinaire de gentillesse et d’hospitalité nous nous sommes quitté avec bien du regret et en espérant nous retrouver un jour pour une nouvelle aventure car ce fut une vraie aventure humaine

Francis ARTIGUE

VP formation et sécurité

 

Stages 2014 de remise à niveau FI et stages FE

Stages de remise à niveau FI et stages FE

Stages FI

Les stages de remise à niveau FI vous permettent de remplir une des conditions de prorogation ou de renouvellement de votre qualification d’instructeur FI(A).

  • Pour une prorogation, vous pouvez suivre ce stage quand vous le souhaitez durant les 3 ans de sa validité,
  • pour le renouvellement vous devrez réaliser le stage et le contrôle de compétence en vol dans un délai d’un an.

Les prochaines dates (2014) des stages RSFI :

–          13 / 14 septembre : Poitiers-          27 / 28 septembre : Lyon Bron

–          13 / 14 octobre : Rennes-          24 / 25 octobre : Paris (Lognes)

–          14 / 15 novembre : Cannes-          29 / 30 novembre : Deauville

–          5 / 6 décembre : Amiens          11 / 12 décembre : Paris (Evry)

–          En prévision, en décembre : Metz

–          Un stage quand vous voulez où vous voulez : réunissez un groupe d’au moins 8 FI et faites votre demande : pierre.belair@anpi.asso.fr

Pour vous inscrire, utilisez au choix la page « demande de stage » sur notre site www.anpi.asso.fr ou contacter directement Pierre Belair (pierre.belair@anpi.asso.fr) en indiquant vos nom, prénom, numéro de téléphone et évidement quel stage vous intéresse ! Le coût du stage est de 150 €, permettant de couvrir les frais d’organisation.

 

Stages FE

Les stages de prorogations et de renouvellement FE sont proposés au tarif unique de 225 € pour les membres ANPI, ils durent une journée et peuvent être organisés partout en France.

Les stages de délivrance demandent 2 jours de formation comportant 2 vols (tests fictifs), ilsl ne sont proposés qu’à Toussus-le-Noble au tarif de 900 € pour les membres de l’ANPI.

Un test en vol doit est requis avec un S FIE tant pour les délivrances que les prorogations et renouvellements, il peuvent être organisés par l’intermédiaire de notre partenaire, l’ACOP, sur l’aéroport de Toussus-le-Noble, ou réalisés « chez vous » en général avec le pilote inspecteur de votre région.

Les prochaines dates (2014) des stages FE (prorogation / renouvellement) :

–          28 septembre : Paris (Toussus-le-Noble)

–          29 septembre : Lyon Bron (le lendemain du stage RSFI)

–          En prévision : Avignon en octobre

 Un stage où vous le souhaitez : réunissez au moins 6 FE et faites votre demande : pierre.belair@anpi.asso.fr

Les inscriptions se font par mail en indiquant vos nom, prénom et le stage qui vous intéresse à pierre.belair@anpi.asso.fr.

Bons vols, à bientôt,

Pierre Belair

06 11 64 85 23

pierre.belair@anpi.asso.fr

L’EASA se réorganise vers la simplification

 

EASA

 

EGAST et SSCC
Un désir de simplification plane sur l’EASA. Il est exprimé dans toutes les réunions par les représentants des États membres et des associations, utilisateurs et pays non membres rassemblés.

Ils sont réunis dans le « Safety Standards Consultative Committee » (SSCC) partie aviation générale et dans EGAST (European General Aviation Safety Team) dont ANPI fait partie depuis sa création.
La synergie est assurée entre les deux équipes. Plusieurs années d’effort portent leurs fruits.
Le SSCC a préparé 7 programmes destinés à aligner la réglementation sur les principes de la feuille de route de l’aviation générale. Une priorité particulière concerne la formation et la communication des messages et documents « Sécurité ».
Il est présidé par Dominique Roland ingénieur et pilote d’avions légers, propriétaire d’un CAP 232.

Organisation
La nomination de Patrick Ky au poste de Directeur Général est suivie d’une réorganisation importante qui prend fortement en compte l’Aviation Générale.
Une nouvelle Direction « Aviation Générale » sera mise en place en septembre.
Elle aura à sa tête Yves Morier un des piliers des JAA, ou il fut directeur de la réglementation. Il a acquis une solide réputation de pragmatique, particulièrement compétent et passionné. Nos relations remontent à 1999.

Dans cet esprit, le plan européen de sécurité de l’aviation civile devra en priorité prendre en compte les problèmes de sécurité de l’aviation générale en concertation avec les entités concernées.

Enquêtes et Analyses
Le règlement (Regulation (EU) 376) concerne le recueil des incidents, accidents et évènements de l’aviation civile, l’analyse et les mesures à prendre.
Elle vient d’être publiée. Les modalités de mise en œuvre et les  guides d’application sont en préparation à la commission européenne avec support de l’EASA pour une application vers Novembre 2015.
Actuellement, pour l’aviation générale, plusieurs États ne communiquent pas leurs données chiffrées altérant ainsi la synergie entre États.
Cette nouvelle directive devrait obliger les États à collaborer.

Liaison Europe Etats Unis
Après le départ en retraite de John Colomy, manager de la petite aviation à la FAA, qui nous apportait souvent un vent de pragmatisme, Kathryn FRASIER, du GAMA (General Aviation Manufacturers’ Association), nous a présenté le General Aviation Joint Steering Committee (GA-JSC) co-présidé par le GAMA et la FAA.
Il s’agit d’un effort commun entre les industries et la FAA pour atteindre l’objectif d’un accident mortel par 100 000 heures en 2018.
Les USA sont actuellement à un peu moins de 2/100 000 h. Beaucoup mieux qu’en Europe.
Une telle coopération avec les fabricants est en Europe surtout efficace pour les hélicoptères. La contribution d’Airbus Eurocopter en est la principale raison. De nombreuses similitudes ont été mises en évidence entre les accidents d’hélicoptères et ceux de l’aviation générale et les mesures correctives transférables.
Au sein d’EGAST la représentation des constructeurs se limite à Diamond (Allemagne) et Evektor (République Tchèque).

Conférence Sécurité Aviation Générale
Notons que, les 15 et 16 octobre, aura lieu la « EASA Annual Safety Conference » sur le thème « Vers des règles plus simples plus légères et améliorées pour l’Aviation Générale »

http://easa.europa.eu/newsroom-and-events/events/2014-easa-annual-safety-conference

N’oubliez pas le site de l’EASA avec le lien vers EGAST :  https://easa.europa.eu/essi/egast/

Vous trouverez des vidéos, brochures, et autres liens vous permettant de connaitre ce que font d’autres pays.

Nous continuons à œuvrer dans ce sens.

Jean Pierre MAGNY
28 juin 2014

 

état actuel des derniers développements de la position de l’EASA sur les ATO.

L’état actuel des derniers développements de la position de l’EASA sur les ATO est encore flou. L‘ANPI préfère attendre que des décisions fermes soient prises, avant de les annoncer même si leur probabilité est forte.

Nous en restons à la déclaration de  la DSAC qui avait écrit :

 « …. Au Conseil d’Administration de mardi dernier 3 Juin, l’EASA a ainsi fait état de possibilités d’évolution :

        diverses adaptations de mise en œuvre telles que discutées à un « Workshop » du mois de mai ( précisions dans les AMC, simplification du SGS, clarification des postes /fonctions au sein des petits ATOs)

        – une proposition d’aller plus loin dans la simplification, pour donner a minima plus de temps, et peut être rendre possible certaines formations hors ATO (PPL/LAPL/SPL/BPL ?).


La décision sur ce qui sera finalement retenu comme exigence est une décision du Comité (i.e. les Etats Membres, la Commission européenne, l’Agence) dont la prochaine réunion se tiendra début (les 8 et 9 en principe) juillet. Il faut donc être prudent tant que cette étape n’est pas passée.

Il est regrettable que ce changement sur les règles de certification intervienne si tard par rapport à tous les efforts déployés par tous depuis des mois. Mais cela ne remet nullement en cause l’intérêt de tout le travail effectué tant par les clubs que par la DGAC sur les outils d’amélioration de la sécurité, SGS notamment, qui restent des outils tout à fait pertinents dès lors qu’ils sont adaptés à l’activité.

Notre position doit être de continuer à traiter les dossiers en cours et qui se présentent, pour les aéro-clubs qui le souhaitent,  tant qu’un changement réglementaire n’est pas acté. Par contre, il n’y a plus lieu de maintenir la même pression sur la planification, car il est probable qu’a minima un délai supplémentaire soit accordé.

En fonction des décisions du Comité EASA, la Direction de la Sécurité de l’Aviation Civile vous indiquera les éventuelles nouvelles orientations.

Je vous serais reconnaissante de bien vouloir relayer cette information générale à vos membres ou partenaires en tant que de besoin.»

 

Enfin une solution pour les FE membres de l’ANPI !

Enfin une solution pour les FE membres de l’ANPI !

L’entrée en vigueur de l’AIRCREW, associée au désengagement de l’autorité qui assurait encore certains services gratuitement, se traduit par une augmentation du coût difficile à accepter auprès d’instructeurs souhaitant simplement rendre le service d’examinateur.

L’ANPI met en place un partenariat avec l’Aéroclub de l’Ouest Parisien (ACOP), basé sur l’aéroport de Toussus-le-Noble, afin de proposer une voie à ses membres FE. L’ACOP est le seul ATO français proposant aujourd’hui des stages FE PPL, pour la délivrance, la prorogation ou le renouvellement.

La formation proposée est conforme à l’Aircrew :

FE PPL « délivrance » : 2 jours de formation (9 h de cours théoriques + 2h30 de vol)

FE PPL « prorogation » : 1 jour de formation (6h de cours théoriques)

FE PPL « renouvellement » : un entretien avec le formateur FE permettant de déterminer si un vol d’entraînement est requis, 1 jour de formation (6 h de cours théoriques)

Le stagiaire choisit

  • de passer le test FE, sous forme d’un test fictif (pas besoin d’un véritable élève)  organisé par l’école avec un SFIE (pour la délivrance c’est un pilote inspecteur habilité)
  • ou bien de repartir avec l’attestation pour organiser ce test à son gré ailleurs.

Des tarifs attractifs, sont réservés aux membres de notre association. Ils seront encore plus avantageux pour ceux qui rempliront une grille de conditions. Tous devront s’engager sur le respect d’un label de qualité (charte propre à l’ANPI :

Où et quand ?

Les premiers stages de délivrance seront organisés en exclusivité à Toussus-le-Noble, dans les locaux de l’ACOP, selon le calendrier disponible prochainement sur le site de l’ANPI (rubrique stage FE).

Les stages de prorogation et renouvellement seront organisés au sein de l’ACOP mais également dans les principales villes françaises à l’issue de certains stages de recyclage FI ANPI (« le 3ème jour »). Les premières dates envisagées sont :

–        15 juin 2014 (à l’issue du stage RSFI des 13 et 14, à Paris Sud), au sein de l’ACOP à Toussus le Noble

–        29 septembre 2014 (à l’issue du stage RSFI des 27 et 28 septembre), à Lyon Bron.

D’autres dates, notamment de stage de délivrance FE PPL, seront prochainement annoncées.

Comment s’inscrire ?

L’inscription aux stages FE se fait une fois membre de l’ANPI par l’intermédiaire du site, initialement en utilisant de formulaire de demande de stage (http://www.anpi-asso.fr/stages/demande-de-stage/) ou directement par mail à pierre.belair@anpi.asso.fr, en indiquant vos nom, prénom, numéro de téléphone, email, le stage souhaité et si vous désirez que l’ATO organise le test. D’ici peu de temps nous seront en mesure de vous proposer l’inscription et le paiement en ligne.

En projet

L’ANPI par ce partenariat vous propose le seul stage FE PPL disponible aujourd’hui en France à un tarif « raisonnable », nous souhaitons continuer nos efforts pour assurer un nombre suffisant de FE motivés fournissant une prestation certes de qualité mais surtout labélisée de manière indépendante, le tout à un coût le plus abordable possible pour tous.

ATO : mise au point! Notre livret explicatif.

Programmes de formation LAPL & PPL : Livret explicatif

Bonjour à tous,

Vous pouvez dès à présent télécharger le Livret explicatif (cliquez!) présentant en détail les enjeux des formations LAPL & PPL réalisées au sein d’un ATO, associé à l’entrée en vigueur des PART-FCL.

Nous avons remarqué de nombreuses incompréhensions ou mauvaises interprétations des changements imposés par le passage d’organismes déclarés (JAR-FCL) aux organismes approuvés (ATO, PART-FCL). En tant qu’association représentant la très large majorité des instructeurs (plus de 70 %) amenés à exercer leur activité au sein des ATO, il nous parait essentiel de faire cette mise au point.

 

Pour résumer, les principaux éléments à garder en mémoire :

  • Date limite : le 8 avril 2015,
  • Des documents à déposer, devant refléter fidèlement votre manière de travailler !
  • Des documents à appliquer : du retour d’expérience des premiers ATO, point bien plus délicat et important que le dépôt du dossier ! Les conséquences tant au niveau de l’agrément que des responsabilités (notamment du dirigeant responsable et des instructeurs) en cas notamment d’incident ou d’accident peuvent être très lourdes.
  • Plusieurs manuels validés par la DGAC peuvent vous aider dans le dépôt de vos dossiers ATO, dont les programmes de formations proposés par l’ANPI.
  • La DGAC s’engage naturellement à traiter toutes les candidatures ATO avec équité, que l’ATO utilise des modèles déjà validés ou propose une approche « 100 % fait maison ».
  • Notion de compétence :
    • Une erreur d’interprétation : CBT, cela signifie exclusivement : Computer Based Training (définition dans l’AIR CREW et plus communément partout en pédagogie).
    • Seule une opinion au niveau européen (tâche RMT .0194 – FCL.006 a) sur l’opportunité d’étendre la formation basée sur les compétences (competency based training) aux autres licences que la MPL doit être émise en 2017, nous n’en serons pas encore au stade de la réglementation. Etre proactif est peut-être louable, mais engager toute une démarche « formation basée sur les compétences » sans en connaitre le cadre réglementaire n’est pas forcément très judicieux ! D’ailleurs les documents ATO proposés notamment par la CAA (DGAC anglaise) n’intègrent aucune approche de ce genre, ils se contentent de répondre pragmatiquement aux exigences européennes.
    • L’approche par compétence : de l’avis des tous les experts consultés, aucun programme (dont celui proposé par la FFA) ne répond aujourd’hui réellement à cette approche pédagogique. Quelques notions sont certes utilisées dans certains programmes (FFA et ANPI par exemple), mais la démarche s’arrête pour l’instant là.
  • TEM : gestion des menaces et des erreurs, un outil auquel doivent être formés les pilotes. Un chapitre du livret y est consacré afin d’éviter toute confusion entre TEM et NOTECH (compétences non technique) tel que nous pouvons malheureusement le voir dans certains programmes de formation.
  • Evaluation des Compétences Non Techniques : principale évolution accompagnant l’entrée en vigueur de l’AIR CREW, nous vous proposons un outil efficace et reconnu internationalement (promu depuis plusieurs années par la FAA) : le SRM, Single Pilot Ressource Management.
  • Pour finir vous trouverez un tableau très utile résumant les nouveautés et différences liées aux LAPL et PPL : finalement assez peu nombreuses !

 

Prenez le temps de lire les 8 pages jointes, vous pourrez ainsi acquérir une vision claire et juste de la situation. Vous éviterez de nombreux pièges aux conséquences parfois lourdes dans un monde où on ne peut plus faire l’impasse des responsabilités, d’autant plus dans une activité où malgré toutes les précautions et efforts nous ne pouvons dire qu’il n’y aura pas d’accident, d’incident ou de simple litige !

A votre disposition pour toutes informations complémentaires : pierre.belair@anpi.asso.fr centralise vos demandes.

L’ANPI

 

Pour mémoire, cliquez pour télécharger :

  • Le livret formation LAPL(A) :

http://www.anpi-asso.fr/wp-content/uploads/2014/03/Livret-formation-LAPL-V1.docx

  • Le livret de progression stagiaire LAPL(A) :

http://www.anpi-asso.fr/wp-content/uploads/2014/03/Livret-stagiaire-LAPL-V1.docx

  • Le livret formation PPL(A) :

http://www.anpi-asso.fr/wp-content/uploads/2014/03/Livret-formation-PPL-V1.docx

  • Le livret de progression stagiaire PPL(A) :

http://www.anpi-asso.fr/wp-content/uploads/2014/03/Livret-stagiaire-PPL-V1.docx

  • Le livret de présentation LAPL & PPL :

http://www.anpi-asso.fr/wp-content/uploads/2014/04/Livret-explicatif.pdf

Bonne nouvelle!

Coup de tamponLes programmes LAPL(A) et PPL(A) conçus par l’ANPI ont été officiellement validés par la DGAC. Réglementairement conformes, ils sont à la disposition de tous !

Les versions finalisées de ces manuels de formation et livrets de progression élève sont totalement intégrables à tout dossier de candidature ATO. La DSAC les a envoyés à l’ensemble des DSAC/IR auprès desquelles seul le dirigeant responsable, quelle que soit la structure qu’il représente, peut et doit directement déposer son dossier de candidature ATO.

Dès lors que l’ATO sera agréé, il est rappelé aux instructeurs qu’ils devront obligatoirement appliquer ce qui a été mis et écrit dans le dossier précité. A défaut leur responsabilité sera sans doute recherchée et vraisemblablement engagée en cas de difficulté accidentelle.

Nous avons donc voulu, pour les protéger, qu’ils disposent de programmes de formation élevant le niveau de sécurité conformes aux règles européennes et cohérents avec les pratiques, attentes et spécificités propres du cadre majoritairement loisir motivant le parcours des élèves pilotes en aéroclub.

Pour les télécharger, c’est ici!

Ci-dessous les manuels, aux formats Word et PDF (version 1) :

manuel de formation LAPL(A) :

en Word : Livret formation LAPL V1, en PDF : Livret formation LAPL V1

livret de progression élève LAPL(A) :

en Word : Livret stagiaire LAPL V1, en PDF : Livret stagiaire LAPL V1

manuel de formation PPL(A) :

en Word : Livret formation PPL V1, en PDF : Livret formation PPL V1

livret de progression élève PPL(A) :

en Word : Livret stagiaire PPL V1, en PDF : Livret stagiaire PPL V1

– livret de présentation des formations : Livret explicatif

Encore plus!

très prochainement seront également disponibles :

  • un guide d’utilisation facilitant l’appropriation de ces manuels au sein des structures de formation.

  • Un manuel SGS associé à une solution innovante et conviviale de partage d’expérience .

A votre disposition pour toute information complémentairepierre.belair@anpi.asso.fr.

Salutations aéronautiques, bonne lecture et bons vols

René Lochet (Président de l’ANPI)

Excellente nouvelle pour tous: une formation alternative existe désormais

New-icone   La DGAC trouve que les programmes pratiques et théoriques proposés par l’ANPI pour les formations PPL et LAPL sont.conformes. Ils seront utilisables par tout club ou entité (organisme déclaré ou autre).

Vous pourrez les télécharger au format numérique souhaité dès que nous aurons intégré quelques détails pratiques garantissant mieux leur totale compatibilité avec les autres manuels (fournis par la FFA ou d’autres)  qui sont nécessaires pour constituer votre demande ATO

Par ailleurs, d’ici peu, nous vous proposerons les moyens de rendre le SGS plus performant et attrayant                                                                                                                                                                                                    Le Président de l’ANPI