Stage RSFI à LYON

IMG_0669

Deux groupes de stagiaires se sont retrouvés à Lyon pour un stage RSFI. Il faut remercier les aéroclubs lyonnais pour leur accueil et l’aide apportée.

Comme toujours les échanges et la convivialité ont marqué ces deux stages pour lesquels l’équipe de formateur s’est partagée.

Les REX sont toujours le moment fort.

On pourra retenir l’approche involontaire et inconsciente de la centrale nucléaire de Fessenheim par un pilote qui ensuite rentre au bercail sans se rendre compte qu’il est encadré de deux chasseurs et du pilote un peu perdu dans les brumes qui suit consciencieusement une ligne GPS qui… passe au-dessus de Charles de Gaulle !

Au delà de ces anecdote, deux points attirent l’attention. Le premier a déjà été entendu, l’élève se crispe sur les commandes et les bloque obligeant le FI à une action brutale. Ce qui apparaît clairement c’est que demander en criant fort de tout lâcher n’amène aucun résultat si ce n’est plus de crispation. Il va nous falloir consulter un spécialiste pour concevoir la bonne réponse dans un temps très limité. Inversement on trouve l’élève qui lâche tout !

Un point est soulevé lors d’un REX. Lors d’opération de maintenance le moteur est essayé au sol et/ou en vol et cela n’apparaît pas dans le carnet de vol mais par contre a pour effet de diminuer l’essence dans le réservoir. Un de nos collègues s’est trouvé à la limite de la panne sèche.

Nos stagiaires viennent souvent avec une priorité: prendre connaissance des nouvelles règles de l’air (SERA). Nous y consacrons deux heures dans la formation. Nous consacrons à peu près le même temps aux technologies nouvelles. L’arrivée massive des TIC dans le monde aéronautique va nous obliger à une réflexion sur nos pratiques. Nous y consacrerons un séminaire national en novembre.

La question des comportements du pilote, au-delà d’un accident tragique et médiatisé a toute sa place dans notre aviation légère. Notre approche fondée sur l’expérimentation  qui a déjà été évoquée lors du séminaire d’octobre 2014 intéresse beaucoup les stagiaires.

Il reste à parler pédagogie car nous sommes des formateurs. Il y a beaucoup à faire et penser sérieusement à une évolution vers la formation par les compétences.

Francis ARTIGUE

VP formation et sécurité